Les biographies en sciences économiques et sociales

Aftalion

Aghion

Aglietta

Allais

Aoki

Arnsperger

Aron

Arrow

Bairoch

Balassa

Baran

Barone

Barro

Bastiat

Baudrillard

Baumol

Bentham

Bertrand

Beveridge

Blanchard

Boudon

Boulding

Bourdieu

Braudel

Buchanan

Burnham

Burns

Böhm-Bawerk

Cahuc

Caillé

Cairnes

Cassel

Chamberlin

Chandler

Clark J. B.

Clark J. M

Coase

Cohen Daniel

Commons

Cournot

Crozier

Debreu

Domar

Dupuy

Dworkin

Edgeworth

Engel

Engels

Favereau

Fisher Irving

Fitoussi

Fleurbaey

Fogel

Frazer

Freeman

Friedman David

Friedman Milton

Galbraith

Garfinkel

Généreux

Goffman

Gordon

Haavelmo

Haberler

Hahn

Hansen

Harrod

Harsanyi

Hayek

Heckscher

Hicks

Hilferding

Honneth

Howard Becker

Hume

Juglar

Kaldor

Kalecki

Keslassy

Kitchin

Knapp

Kondratieff

Krugman

Kuznets

Kymlicka

Laffer

Landes

Lassalle

Latouche

Le Play

Leontief

Lerner

Lindahl

Lucas

Maddison

Malinvaud

Malthus

Mandel

Marglin

Marshall

Marx

Mauss

Meade

Mendras

Merton

Mill

Mises

Mitchell

Modigliani

Mundell

Myrdal

Nash

North

Nozick

Ogien

Ohlin

Okun

Orléan

Ottavj

Pareto

Passeron

Perroux

Phelps

Pigou

Polanyi

Polanyi Michael

Proudhon

Quesnay

Rawls

Ricardo

Robinson

Rodrick

Rosanvallon

Rothbard

Samuelson

Sandretto

Say

Schumpeter

Sen

Simiand

Simmel

Simon

Sismondi

Slutsky

Smith

Solow

Sraffa

Steuart

Stigler

Stiglitz

Stone

Taylor Charles

Tinbergen

Tobin

Tocqueville

Turgot

Van Parijs

Veblen

Wagner

Walras

Walzer

Warner

Weber

Weintraub

Wicksell

Wicksteed

Wieser

Williamson

Young

Marx

Marx est né à trèves en 1818. Ces idées se sont formées dans une longue période d’étude durant laquelle le jeune Marx découvre la philosophie, le droit et l’économie. Jusqu’au milieu des années 1840 Marx se consacre à la philosophie. Mais dès 1844, Marx considère que cette démarche est vaine (“les philosophes ne font qu’interpréter le monde, il s’agit de le transformer”). Il se tourne vers l’action politique et dévore littéralement les écrits des économistes, en particulier (mais pas seulement) les classiques anglais. En 1844, la rencontre avec Engels, à l’occasion de son exil à Paris, renforce son attention pour les transformations économiques et sociales provoquées par la révolution industrielle en Angleterre. Marx contrairement aux économistes classiques (Say mis à part) est persuadé que la production industrielle se fait avec des rendements croissants ouvrant ainsi la possibilité d’envisager la solution des problèmes matériels de l’existence des hommes. Il participe ainsi au courant scientiste qui va caractériser le milieu du XIXème siècle. Marx et Engels participeront aux mouvements révolutionnaires en essayant à chaque occasion d’entraîner l’adhésion à leurs thèses (Marx prendra le contrôle de l’Association Internationale des Travailleurs). Marx considère que le capitalisme est la forme achevée du développement "historique" des forces productives. La lutte de classe oppose dans ce système un petit nombre de personnes propriétaires des moyens de production (les capitalistes) et la masse considérable des exploités (les prolétaires). Le haut niveau de satisfaction des besoins autorisé par la puissance de la production capitaliste permet d’envisager une organisation sociale nouvelle. La disparition de la propriété privée des moyens de production, libère les hommes des rapports de domination dans la production. Chacun redevient maître, à travers la collectivité des travailleurs, de ses outils, de son travail et des produits de son travail. L’aliénation ancienne est brisée. L’analyse dialectique, la conception matérialiste, le rejet de la philosophie et de l’humanisme pour interpréter l’histoire, ramènent Marx à la description d’un monde futur qui n’est pas très différent de celui des utopies socialistes qu’il a si férocement critiquées. Les deux thèmes les plus importants de l’analyse économique marxiste sont un prolongement direct de l’analyse de David Ricardo : l’approfondissement de la théorie de la valeur et ses conséquences pour l’analyse de la répartition, l’évolution à long terme de l’économie.

Bibliographie

-  Karl Marx dans les classiques des sciences sociales

Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel (1843)
Contribution à la critique de l’économie politique (1859)
Le capital. Critique de l’économie politique (1867)
Livre premier : Le développement de la production capitaliste.
Livre deuxième : Le procès de circulation du capital. Traduction française de Julian Borchardt et Hippolyte Vanderrydt, 1900.
Livre troisième : Le procès d’ensemble de la production capitaliste. (2 tomes).Traduction française de Julian Borchardt et Hippolyte Vanderrydt, de l’Institut des sciences sociales de Bruxelles. Paris : V. Giard et E. Brière, libraires-éditeurs, 1901 et 1902.
Un chapitre inédit du Capital (1867) : charnière entre le premier livre et le second, le sixième.
La guerre civile en France (1871) (La Commune de Paris).
La question juive (1843).
Bruno Bauer, La question juive (1843) Voir la table des matières du livre.
Les luttes de classes en France, 1848-1850 (1850)
Manuscrits de 1844 (1844) (Économie politique et philosophie).
Misère de la philosophie. Réponse à la Philosophie de la Misère de M. Proudhon (1847)
Salaire, Prix et Profit (1865)
Travail salarié et capital (1849) Traduction française, 1891.

-  Karl Marx sur le site SESdoc de l’Académie de Rouen

-  Karl Marx sur Wikipedia